Animaux domestiques, Animaux sauvages, interview

Un évènement inédit à Paris : les Dialogues avec l’Animal

animal Un évènement inédit à Paris : les Dialogues avec l’Animal DAA VisuelCarre   210x210mm print 940x590

L’association The Animal Alliance Channel (TAAC) organise les 6 et 7 octobre 2018 à Paris à la Maison de la Radio un évènement inédit consacré à la communication inter-espèces et à la conscience au sein du Vivant : les Dialogues avec l’Animal. Entretien avec Romain Brasseau, à l’origine de ce projet.

Vous avez fondé TAAC en 2008, quels sont les objectifs de votre association ?

Romain Brasseau – TAAC est une association d’intérêt général, qui a été créée pour amener les humains à changer de regard sur les animaux, nos compagnons du Vivant. Avec une vision : montrer qu’il est possible d’humaniser le monde avec l’animal. Pour cela, il faut mettre en lumière les trois pouvoirs humanisants de l’animal : il pacifie les relations, soulage de l’isolement et réveille nos consciences.

Avez-vous des exemples pour illustrer ces «pouvoirs humanisants» de l’animal ?

La première action de l’association TAAC incarnant cette vision a été la médiation animale en milieu carcéral, initiative expérimentale qu’elle a soutenue et contribué à développer pendant quatre ans, permettant de transformer celle-ci en un programme de formation professionnelle pour les détenus, Humaniser la prison avec l’animal. Ce programme a remporté en décembre 2011 le second Prix Initiatives Justice organisé par le Ministère de la Justice.

Vous organisez maintenant le premier évènement national consacré à la communication inter-espèces. De quoi s’agit-il?

Communication inter-espèces, communication animale, communication intuitive… Nombreux sont les termes utilisés pour désigner la  même chose : la capacité à dialoguer (silencieusement) avec des animaux de conscience à conscience. 

Nous avons remarqué que les personnes qui côtoient les animaux au quotidien («propriétaires » d’animaux, éleveurs ou vétérinaires) font de plus en plus appel à des personnes qui ont développé cette faculté naturelle à communiquer avec les animaux pour mieux comprendre leurs compagnons non humains lorsqu’ils sont confrontés à des problèmes de comportement, à des douleurs ou à un mal-être inexpliqués par la médecine. Leurs témoignages sont troublants. C’est pourquoi nous réunissons pendant deux jours des experts dans ce domaine afin de mettre en lumière et explorer la communication Humain-Animal au travers de témoignages, conférences, films et tables rondes faisant intervenir des scientifiques pluridisciplinaires, des représentants de peuples traditionnels et des personnalités visionnaires autour de communicateurs animaliers.

Qu’attendez-vous de cette première édition?

Nous souhaitons faire découvrir au grand public ce mode de communication universel et intuitif qui s’étend au-delà du langage et qui révèle l’unité consciente du Vivant. Entrer en communication avec les animaux, découvrir leur nature profonde – au-delà de leur intelligence – peut bouleverser notre vision du monde. En découvrant le regard que les animaux portent sur nous, alors nous ne pouvons que changer notre regard sur eux.

Ce premier événement en France est en effet au cœur de trois enjeux : le respect du Vivant, le Progrès Humain, l’éducation de nos enfants au Réel et la transmission. L’accélération des transitions écologiques et numériques réclame de nous questionner sur la trajectoire de l’Humanité et sur ce qui nous paraît essentiel de partager et de transmettre. La communication inter-espèces illustre le découplage intelligence-conscience envisagé par le prospectiviste Yuval Harari dans son dernier ouvrage, Homo Deus, consacré aux implications de l’intelligence artificielle.

Que prévoyez-vous par la suite?

Cette édition sera suivie d’autres évènements en France et en Europe, avec des intervenants internationaux. Nous présenterons prochainement notre projet de diffusion de la communication inter-espèces et souhaitons contribuer à ce que la communication inter-espèces devienne un sujet d’étude pour la science post-matérialiste et un sujet d’éducation pour les prochaines générations. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *