Animaux domestiques, Sciences

Quand les rats ne veulent pas blesser d’autres rats

rat Quand les rats ne veulent pas blesser d’autres rats rat 1388830 1920 940x590

Les rats répugneraient-ils à blesser leurs congénères? Il semble que la réponse est oui, selon une étude parue le 5 mars 2020 dans la revue Current Biology. De quoi inspirer les êtres humains et redorer la mauvaise image de ce rongeur intelligent et sensible.

Un nombre croissant d’études montrent que les mammifères présentent des réactions affectives à la détresse de leurs congénères. Ces nouveaux travaux confirment donc une tendance qu’il est maintenant difficile d’ignorer.

L’expérience menée par l’Institut des neurosciences néerlandais pour produire cette étude ne ravira pas les défenseurs des animaux, puisqu’elle a consisté à électrocuter “légèrement” (mais quand même) des rats, qui sont des êtres sensibles qui ressentent la douleur.

L’objectif était le suivant : montrer que les rats (dénommés acteurs pour l’expérience), quand ils ont le choix d’actionner ou non un levier produisant une stimulation électrique sur le sol sur lequel se trouve un autre rat (dénommé victime), préféraient ne pas nuire à leurs compagnons d’infortune.

Préférer épargner un congénère que recevoir une friandise

Ce qu’il y a de remarquable dans les résultats obtenus, c’est le fait que les petits rongeurs, mâles comme femelles, refusent de faire souffrir un autre rat, qu’ils le connaissent ou non, même si cela les oblige à renoncer à une friandise. En effet, l’expérience débutait en donnant le choix au rongeur d’actionner des leviers distribuant de la nourriture. Les chercheurs ont ensuite modifié le câblage de sorte que quand un rat appuyait sur un levier, non seulement la friandise tombait, mais également une décharge sur le sol d’un rat placé dans un autre compartiment. Le cri de ce rat électrocuté a clairement enlevé toute envie au rat ayant actionné le levier de recommencer la manoeuvre, malgré la récompense.

On peut donc conclure de cette étude que les rats évitent les actions nuisant à un congénère.

Une zone cérébrale bien particulière

Pourquoi certaines personnes sont-elles plus altruistes que d’autres ? Les animaux sont-ils capables de faire preuve d’empathie? S’il est difficile de répondre à ces questions, il apparait que chez l’homme comme chez le rat, une même zone du cerveau est concernée.

Il s’agit du cortex cingulaire antérieur, CCA de son petit nom. Notons à ce propos un fait intéressant: lors d’une expérience entraînant une dissonance cognitive le CCA est activé et ce d’autant plus que le conflit est important. Nous reviendrons dans un article prochain sur la dissonance cognitive.

Des études récentes chez le rat ont identifié des neurones miroirs émotionnels dans le cortex cingulaire antérieur (zone 24 en particulier), qui répondent à une douleur ressentie par l’observateur et à une détresse conspécifique. La réduction de l’activité dans le CCA réduit la contagion émotionnelle. Cela signifie que si on anesthésie cette région là chez le rat, il ne se comportera pas de la même façon et ne sera pas touché par les cris de son congénère électrocuté. Il prendra la friandise sans une once de remord…

L’empathie, la capacité de partager l’état émotionnel et / ou l’expérience d’une autre personne, a été suggérée comme une source de motivation prosociale en attribuant une valeur négative aux actions qui nuisent aux autres. Les fondements neuronaux et l’évolution d’une telle aversion au préjudice restent mal connus“, précise le résumé de l’étude.

Le cerveau n’a pas encore livré tous ses secrets. La suite aux prochaines études!

2 pensées sur “Quand les rats ne veulent pas blesser d’autres rats”

  1. Laurence dit :

    votre article est très intéressant.
    Peut-être pourrez-vous m’expliquer pourquoi lors d’une présentation entre 2 rats adultes et 3 ratons, un de mes adultes à mordu à mort un des petits ratons. Je ne les ai quitté des yeux que 5 secondes et cela a suffit.
    Mes adultes auparavant s’entendaient très bien avec les autres rats adultes avec lesquels ils ont vécu, jamais de morsure envers l’humain, jamais de blessure entre eux.
    J’ai été très choquée de cette attitude et n’arrive pas encore à faire confiance à un des mes adultes lors des rencontres.

    1. celiafontaine dit :

      De manière générale, les rats sont très sociables et les intégrations se passent bien, même lorsque l’on présente des ratons à des rats mâles adultes. J’en ai fait l’expérience, et les mâles se comportaient en véritables “papa poules” envers les petits nouveaux. Difficile donc d’expliquer cette triste expérience. Les petits ratons étaient-ils emprunts d’une odeur particulière, ayant effrayé l’agresseur? Il y a sans doute des circonstances pouvant expliquer ce geste, il faudrait en savoir un peu plus sur le contexte, la façon dont les présentations ont été faites, le passé de ce rat adulte etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *